Nous avons testé pour vous les assurances pour animaux

Ecrit par Anaïs

Comme les Hommes, les animaux peuvent et doivent aussi bénéficier d’une assurance. Il en existe plusieurs types, dont des produits d’assurance maladie et voyage pour chien, chat, lapin et bien d’autres animaux, et des couvertures relatives aux soins vétérinaires et aux médicaments.

Nous pensons que chez certaines personnes, souscrire une assurance pour un animal de compagnie peut être considérée comme une démarche de moindre importance. Dans tous les cas, notre rédaction a décidé d’enquêter afin de savoir si ce type de produit connait un engouement auprès du public.

Nous avons commencé par contacter des structures spécialisées, ce qui nous a permis de nous rendre compte que le marché de l’assurance des animaux est réellement en effervescence.

 

Sachez que 49,9 % des foyers français sont propriétaires d’un animal de compagnie, soit à peu près un foyer sur deux. Il en ressort que 20,2 % possèdent un chien et 29,7 % ont préféré avoir chez eux un chat. En 2016, la population de chats présents dans les foyers est estimée à 13,5 millions, ce qui est une nette progression de 6,3 % par rapport à 2014. Concernant les chiens, on en dénombre 7,4 millions, toujours en 2016. Une grande partie de ces propriétaires d’animaux de compagnie a compris la nécessité de souscrire une assurance pour les protéger. En fait, avec le temps, la relation que les Français entretenaient avec leurs chiens et chats a beaucoup évolué. Ils les considèrent plus comme des membres à part entière de leur famille et sont prêts à dépenser une fortune pour garantir leur bien-être. Aujourd’hui, les propriétaires d’animaux de compagnie qui n’ont pas encore souscrit à une assurance pour leurs « compagnons » sont vraiment à côté de la plaque ! On considère même que c’est être irresponsable de ne pas protéger son chien ou son chat.

À la rédaction Jeunejolie, certaines de nos rédactrices possèdent des animaux. Et elles regrettent de n’avoir pas souscrit d’assurance pour eux dès leur adoption. Mais comme il n’est jamais tard pour bien faire, elles ont décidé de « se mettre en règle » en faisant une telle souscription. Nos collaboratrices nous font le point de l’ensemble des démarches entreprises à cet effet et ne font pas de mystère sur ce qu’elles ont apprécié ou pas.

Il est bon de comprendre que souscrire une assurance pour chien, chat ou autre animal répond à la nécessité de prendre soins des animaux. Car leur santé ne doit pas être reléguée au second plan. Lorsqu’un animal est malade, son propriétaire a l’obligation d’entrer en contact avec un vétérinaire, le seul professionnel habilité à soigner les animaux. Aujourd’hui, à l’ère où on cherche à gagner du temps dans tout ce qu’on fait, il est possible de solliciter un vétérinaire à partir d’internet. Il existe des annuaires spécialisés sur le web qui répertorient les professionnels de la place. Une de nos rédactrices est passée par une telle plateforme pour trouver, en un clic, un vétérinaire et nous livre ses impressions dans ce dossier. Une autre avait besoin de médicaments pour soigner son lapin malade. Elle a eu la bonne surprise de se rendre sur un site qui vend des produits permettant d’assurer la santé des animaux. Et après être passée par ce service, elle nous en parle ici dans les détails.

Aussi, notre rédactrice Noémie a voulu tester une assurance pour animaux. Le problème est qu’elle n’en possède pas. Alors, elle a décidé d’en adopter, ce qui fut chose faite grâce à une plateforme web d’entraide. Vous saurez également comment les choses ont fonctionné à ce niveau.

Assurance pour chat : un témoignage pour vous permettre de bien l’appréhender

Plus qu’une intention de tester un produit d’assurance pour chat, mon véritable objectif était de trouver une bonne assurance pour mon animal de compagnie. Ce dernier est assez fragile et souffre très souvent de rhume. Je me suis donc rendu sur le site Assurance Chat où j’ai signifié mon vœu de trouver une assurance permettant de protéger de façon optimale la santé de mon compagnon tout en économisant mon budget vétérinaire.

Si vous possédez un chat, faites comme moi : trouvez une compagnie spécialisée pour lui permettre de bénéficier d’une assurance. C’est un acte simple à poser d’autant plus qu’il est possible de le faire via le web. Il est bon de savoir que durant son existence, votre chat doit se faire vacciner de nombreuses fois et pourrait subir des examens médicaux. Concernant la vaccination, son coût est généralement de 40 euros, un montant qui est hors consultation. Sur l’année, les dépenses à effectuer pour que la santé de votre félin soit au top peuvent être élevées. Il est donc mieux de passer par l’assurance.

La compagnie que j’ai contactée m’a proposé plusieurs produits. Ce que j’ai retenu est que j’avais la possibilité d’opter soit par une sorte de formule préventive, soit par une formule intégrale. La première permet à mon chat de profiter d’une couverture lorsqu’il tombe malade ou en cas d’accident. La deuxième, par compte, est plus complète…, mais plus onéreuse ! Avec cette formule, mon chat est pris en charge quel que soit le problème qui l’affecte. En outre, en optant pour cette solution, la compagnie s’implique dans la recherche de mon chat s’il se perd.

En prenant attache avec l’assureur, j’avais une petite inquiétude ! Je me demandais si la race de mon chat n’allait pas poser problème. Car j’ai entendu des gens dire que les compagnies d’assurance ne s’occupent pas de certaines races. En fait, mon chat est un adorable petit être originaire des États-Unis. Il appartient à la race « American Shorthair » qui aurait été ramenée du nouveau continent au XVIIIe siècle par les colons européens. Sa mission était de protéger les céréales contre les rongeurs. Par la suite, des sélections et croisements ont été effectués avec d’autres races afin d’améliorer le profil de l’American Shorthair. Notez que cette façon de faire n’est pas permise aujourd’hui. J’étais inquiète parce que la race de mon chat est assez rare en France. Je me disais que cette réalité pourrait pousser l’assureur à refuser de le protéger. Mais j’ai été agréablement surprise de constater que la race n’est pas considérée avant la signature d’un contrat. En effet, les produits de la plupart des compagnies peuvent être mis à profit par toutes les races de chat. Cela dit, que vous soyez propriétaire d’un Maine Coon, un British Shorthair, un Sphynx, un Chartreux ou de n’importe quelle autre race de chat, vous pourrez faire bénéficier à votre animal de compagnie d’une bonne couverture.

J’ai apprécié la rapidité avec laquelle j’ai signé le contrat d’assurance de mon félin. Cela a pu se faire le jour même où j’ai pris rendez-vous. En outre, la paperasse à fournir n’est pas importante. Les termes du contrat sont très clairs et un conseiller m’a informé de sa disponibilité pour répondre à la moindre question que je me poserais.

Par compte, j’ai trouvé que le prix à payer pour que mon chat bénéficie d’une couverture complète est assez élevé. Mais cela peut se comprendre. En fait, la médecine vétérinaire a connu une progression significative ces dernières années, et c’est une diversité de prestations dont bénéficie un animal protégé intégralement. Il existe aujourd’hui des neurologues vétérinaires, des cardiologues vétérinaires et même des spécialistes du cancer vétérinaire. Et dans le cadre d’une couverture complète, la maison d’assurance a l’obligation de couvrir l’animal, quelle que soit la nature des soins dont il a bénéficié. Dans mes enquêtes, j’ai appris que plusieurs propriétaires d’animaux de compagnie ont décidé d’abandonner leurs animaux de compagnie faute de moyens pour les assurer. En outre, il parait que chez certains assureurs, si des défauts génétiques ou des maladies chroniques sont constatés chez le chat à protéger, la facture peut être particulièrement salée. Par ailleurs, la couverture des félins plus âgés est souvent très coûteuse dans certaines compagnies qui estiment que le risque de maladie est plus grand chez ces derniers. Mon chat étant très jeune, je n’ai pas eu de souci à ce niveau.

Souscrire une assurance lapin : l’essentiel de ce qu’il faut savoir avec l’expérience vécue par une autre de nos rédactrices

Assurer un lapin est une exigence puisque cet animal a la particularité d’être très fragile. J’ai adopté le mien récemment et à l’occasion de cette enquête, j’ai décidé de l’assurer en passant par assurance-lapin.com.

Le lapin fait partie des NAC (Nouveaux animaux de compagnie) et se retrouve de plus en plus dans les foyers. En général, son espérance de vie est estimée à 5 ans, même si certaines espèces, bien entretenues, peuvent vivre plus longtemps. Dans tous les cas, le lapin reste un animal fragile et pour savoir s’il ne se sent pas bien, son comportement doit être observé. Si vous constatez que le vôtre affiche une baisse de vitalité, il est fort possible qu’il soit malade.

lapin blanc

Je possède un lapin nain et je sais que cette race est très sensible aux parasites. J’ai donc pris des dispositions pour éviter au maximum qu’il soit en contact avec ces nuisibles. Aussi, je fais très attention à ses dents, car elles peuvent se déchausser accidentellement et l’empêcher de s’alimenter convenablement. Par ailleurs, j’ai appris que les lapins nains souffrent fréquemment de troubles digestifs et des maladies respiratoires. Je fais ainsi de gros efforts pour mettre mon sympathique compagnon à l’abri de ces problèmes de santé. Mais cela ne garantit pas qu’il ne tombera jamais malade, d’où la nécessité de le protéger en souscrivant une assurance.

Le fonctionnement d’un tel produit est simple et est similaire à celui d’un chien. En effet, lorsque mon lapin est malade, après le diagnostic et les soins du vétérinaire, je fais face aux dépenses qui en sont issues tout en veillant à demander une facture ainsi qu’une feuille qui fait le point des soins et gestes pratiqués par le spécialiste. Après, j’envoie ces éléments à mon assurance qui procède au remboursement des dépenses que j’ai effectuées sous quelques jours. Lors de la signature de mon contrat, j’ai discuté du pourcentage à considérer pour ce remboursement. J’avais décidé au départ d’opter pour une formule d’entrée de gamme à partir de laquelle on me rembourse à hauteur de 50 %. Mais à la dernière minute, je me suis penchée vers une formule d’assurance premium qui donne droit à un remboursement de 100 %.

Sur mon contrat, sont clairement précisés les soins que le produit d’assurance que j’ai choisi fait bénéficier à mon lapin. J’y ai noté des soins courants. Il s’agit de toutes les interventions relatives à un accident ou une maladie touchant mon animal, comme les consultations, les médicaments, les analyses sanguines, les radios, les urgences et les chirurgies. La formule d’assurance que j’ai préférée prend aussi en compte les soins de prévention, considérés comme des soins de confort. C’est le cas de la stérilisation, les vaccins et les bilans de santé.

Après mon expérience personnelle, je peux me permettre de vous donner des conseils pour bien faire le choix d’une assurance pour votre lapin. Il y a des points importants à ne pas perdre de vue, notamment les franchises appliquées, les frais vétérinaires remboursés et les tarifs au mois ou à l’année. Ayez en tête que les compagnies d’assurance pour animaux ne proposent pas les mêmes prestations. Si certaines prennent en compte tous les soins qu’un lapin pourrait avoir besoin, d’autres par contre excluent les examens et les interventions chirurgicales. Parfois, ces soins sont couverts, mais les franchises qui en sont rattachées sont élevées. Comprenez donc qu’une comparaison s’impose avant de choisir une offre d’assurance pour votre lapin.

À propos des tarifs, j’ai constaté une variation d’une compagnie à une autre, ce qui est logique puisque les prestations proposées ne sont pas les mêmes. Vous pouvez, par exemple, souscrire une assurance pour moins de 10 euros par mois chez un opérateur pendant qu’un autre vous fera signer un contrat de plus de 40 euros à payer mensuellement.

Des annuaires fiables pour trouver un vétérinaire

En quelques clics, il est possible de trouver un vétérinaire sur le web grâce à des annuaires dédiés à ce corps de métier. Je fais partie des rédactrices de Jeunejolie et je suis passée par une telle plateforme pour contacter un médecin spécialisé dans les soins destinés aux animaux. Voici mon compte rendu.

Ayant besoin des services d’un vétérinaire pour soigner mon chien malade, je me suis rendu sur le site d’un annuaire spécialisé, celui de l’Ordre national des vétérinaires. Je pense avoir fait le meilleur choix, car cet ordre est chargé de garantir la qualité du service que les vétérinaires rendent au public. J’estime donc que c’est un annuaire sûr pour trouver un vétérinaire de qualité.

Cependant, les choses ne se passent pas comme je le pensais. En arrivant sur cet annuaire, je pensais qu’il fallait simplement que j’indique mon désir de trouver un vétérinaire et des propositions me seront faites. Mais en réalité, la plateforme permet de savoir comment entrer en contact avec un vétérinaire dont on a entendu parler. Par exemple, si quelqu’un vous a parlé de monsieur X comme un excellent vétérinaire, vous arrivez sur l’annuaire, vous tapez le nom de ce dernier ou celui de sa société et vous saurez comment le contacter. Comprenez donc que si vous ne connaissez pas le nom d’un vétérinaire, vous aurez du mal à utiliser le site. Ce fut mon cas lorsque j’y ai mis le cap pour la première fois. Heureusement qu’après, un proche m’a recommandé un vétérinaire que j’ai pu retrouver facilement par le biais de cet annuaire. Le gros avantage du site est qu’en l’utilisant, on tombe toujours sur un vétérinaire reconnu par ses pairs.

Autre avantage très important sur cet annuaire, ce dernier m’a permis d’en savoir plus sur le métier de vétérinaire. J’ai découvert par exemple les démarches à suivre par les jeunes diplômés avant de pouvoir exercer. J’ai aussi eu des informations sur la fonction de vétérinaire assistant. L’annuaire m’a permis de savoir que c’est la toute première qu’exerce un étudiant vétérinaire avant de travailler dans le domaine de la médecine et de la chirurgie des animaux.

Sachez qu’avant d’exercer en tant que vétérinaire, il y a des conditions à respecter. Et l’annuaire de l’Ordre national des vétérinaires donne des informations à ce propos. Par exemple, si vous êtes intéressé par le métier, sachez que vous avez l’obligation de vous inscrire auprès du Conseil régional de l’Ordre des vétérinaires qui couvre le lieu d’exercice que vous visez.

Grâce à cet annuaire, j’ai fait une découverte qui m’a particulièrement marquée : il s’agit du serment de Bourgelat. Celui-ci représente pour les vétérinaires ce que le serment d’Hippocrate représente pour les médecins. Claude Bourgelat est considéré comme le fondateur de l’enseignement et de la profession vétérinaire.

Je vous conseille vivement de passer par cet annuaire pour trouver un vétérinaire. Mais c’est aussi un bon endroit sur internet pour avoir des informations importantes, permettant de prendre soin d’un animal. Des fiches pratiques grand public sont disponibles et je n’ai pas hésité à les consulter. Cela m’a permis ainsi de savoir ce qu’il faut faire lorsqu’on trouve un animal errant. Dans un tel cas, la première des choses est de vous assurer qu’il s’agit bel et bien d’un animal errant. Il faut vérifier si celui-ci a un collier ou une médaille portant les coordonnées de son propriétaire. Si vous ne voyez rien à ce niveau, il est conseillé de vous adresser aux personnes qui sont aux alentours du lieu où l’animal a été trouvé. Après cela, si personne ne sait d’où vient cet animal, vous devez faire appel à la mairie. Un service de ramassage viendra le prendre. Mais faites attention si vous êtes en face d’un animal sauvage. La prudence est de mise pour éviter de se faire mordre ou se faire griffer. Les contacts directs sont à proscrire, notamment quand il s’agit de chauves-souris ou d’oisillons tombés de leurs nids. Il est recommandé de faire appel à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) si vous êtes persuadé que l’animal retrouvé est une espèce protégée.

Je retiens de cette expérience sur l’annuaire de l’Ordre national des vétérinaires que c’est une excellente plateforme pour avoir la certitude de faire appel à un vrai professionnel. Aussi, il m’a permis d’avoir des informations très intéressantes sur les animaux et de comprendre la nécessité de toujours en prendre soin.

Un site de confiance pour acheter des médicaments pour animaux

La vie est plus simple avec internet qui permet d’acheter des médicaments pour animaux en quelques clics. Pour soigner mon chat malade, j’ai jugé bon de me rendre sur un site de vente de médicaments et accessoires pour les animaux. Et j’ai été très satisfait du service.

Quand on sollicite un vétérinaire pour examiner un animal de compagnie malade, une ordonnance suit presque toujours. Ce fut le cas avec mon chat. Je devais acheter les médicaments prescrits par le vétérinaire et comme je n’ai pas assez de temps, j’ai préféré chercher une pharmacie en ligne. Et je suis tombé sur le site Petmeds qui m’a été d’une grande utilité. Il s’agit d’une véritable plateforme de vente de produits permettant d’assurer la santé et le bien-être des animaux. En quelques clics, j’ai retrouvé chaque médicament que je devais acheter avec un aperçu clair de leur prix. J’ai beaucoup apprécié le fait que sur ce site, une petite description des produits soit faite. Cela permet d’acheter un médicament en étant parfaitement situé sur ses propriétés thérapeutiques. Je ne pouvais donc pas me tromper sur ce que je choisissais pour mon chat.

Désormais, à chaque fois que j’aurai à acheter des médicaments pour un animal domestique, je viendrai sur le site de Petmeds que je vous recommande. Son utilisation est très facile et pratique. J’apprécie particulièrement le fait que l’utilisateur bénéficie d’une information précise sur ce dont il a besoin, sans avoir à effectuer le moindre déplacement. Côté paiement, il n’y a aucune raison de s’inquiéter, car la pharmacie en ligne exploite dans ce sens un système sécurisé. Mais ma grosse satisfaction vient de la livraison. Alors que je me disais que celle-ci prendrait du temps, j’ai été agréablement surprise de me voir livrer les médicaments commandés le même jour. Je pense que j’ai eu de la veine, car en général, le site assure les livraisons dans un délai de 3 jours à 10 jours ouvrables. Le temps d’attente dépend principalement de la disponibilité du produit en stock et la localisation géographique du client.

Plus qu’un site de vente de médicament pour les animaux, Petmeds est une plateforme qui aide à bien en prendre soin. En effet, j’y ai trouvé des informations capitales permettant de sauver nos compagnons. Par exemple, en mettant en pratique des gestes de secours simples, on peut sauver la vie d’un animal blessé ou qui a subi un accident. J’ai retenu qu’il ne faut jamais paniquer quand son chien ou son chat est heurté par un véhicule. La première des choses à faire est de chercher à sécuriser le lieu de l’accident et vérifier si l’animal est toujours en vie. La prise de son pouls à l’intérieur de sa cuisse est conseillée. Mais attention : il pourrait essayer de vous mordre s’il ressent une douleur. Pour ne prendre aucun risque, placez-lui une muselière. Toutefois, faites-le de manière à ce que l’animal n’étouffe pas. Si vous constatez que c’est ce qui se produit, effectuez une compression des deux côtés de sa cage thoracique. Il pourrait éventuellement expulser un corps étranger. Avant d’envoyer l’animal chez le vétérinaire, il est bon de lui administrer les premiers soins. C’est pourquoi il est conseillé de toujours avoir une trousse de secours. À l’intérieur, mettez-y des produits et équipements de base, comme des gants en latex ou en vinyle, des compresses de gaz, une paire de ciseaux désinfectée, une lotion antiseptique, une solution physiologique et un autre contenant de la Bétadine. Avec la solution physiologique, il est possible de soigner une blessure à l’œil. Quant à la solution de Bétadine, elle est utilisable pour traiter une blessure à la patte ou au niveau du coussinet.

J’avoue que je n’avais pas de trousse de secours pour venir en aide à mon animal de compagnie en cas de problème. Suite à mon premier achat sur Petmeds, j’ai décidé de passer d’autres commandes en vue de me doter d’une telle trousse. Plus que jamais, je me consacrerai au bien-être de mon chat qui m’apporte de la joie au quotidien.

Adopter un animal de compagnie : cela est possible sur internet

Je suis Noémie, je fais partie de l’équipe de rédaction de Jeunejolie et j’ai très vite compris la nécessité d’assurer les animaux de compagnie. Mais je n’avais jamais fait une telle souscription tout simplement parce que je ne possédais pas d’animal de compagnie. J’ai décidé récemment d’adopter un chat Birman, une race qui ne court pas les rues en France. Mais j’ai pu en trouver sur internet grâce à la communauté de la SPA.

J’ai découvert le chat Birman lors d’un reportage animalier suivi à la télévision et je suis tombé littéralement sous le charme de cet animal. Une longue description a été faite sur sa personnalité et ce que j’ai retenu, c’est que ce chat instaure avec son maître un rapport axé sur l’amour et la fidélité. Toutefois, ce qui m’a le plus frappé chez cet animal est son aspect raffiné et son caractère qui est légèrement mystérieux. Comme son nom l’indique, ce chat est originaire de la Birmanie. Autrefois, il était considéré comme un animal sacré qui ne devait pas sortir des temples. Mais, nonobstant cette règle rigide, un milliardaire américain a pu obtenir un mâle et une femelle de cette race. Il aurait donc favorisé sa multiplication. Cependant, une autre tradition révèle que le chat Birman provient d’un Siamois et d’un Persan. Dans tous les cas, l’espèce s’est retrouvée en France et n’était pas loin de l’extinction du fait de la Seconde Guerre mondiale. Heureusement, un couple a pu s’échapper et a permis de reconstituer la race.

Grâce à un membre de 30 millions d’amis, j’ai pu adopter un magnifique chat Birman que mes proches et amis adorent énormément. Il a fière allure avec sa belle robe de couleur claire et sombre. Mon chat est un véritable séducteur aux yeux bleus. Il affiche un ventre blanc, comme ses pieds, tandis que son dos est beige doré. Si vous souhaitez vous offrir un authentique chat Birman, faites attention à l’aspect blanc de son ventre qui doit être pur. Côté poil, sachez qu’il est mi-long aussi bien sur le corps que sur les côtés. Je note aussi une abondance des poils au niveau du collier.

Quand je suis chez moi, je passe du temps aux côtés de mon chat Birman que j’ai adopté via la plateforme 30 millions d’amis. C’est un animal très sensible, qui fait attention à tout. Mais j’ai aussi remarqué qu’il est un peu timide. Avant de récupérer ce chat, j’ai discuté longuement avec son ancien propriétaire. Ce dernier m’a laissé entendre que cet animal n’est pas ennuyeux, ni bruyant. Toutefois, il a été très clair sur le fait que ce chat a tendance à faire la moue quand il n’obtient pas ce qu’il désire et peut même commettre des méfaits. Alors depuis que je vis avec lui, je m’arrange pour ne jamais le contrarier. Je veille à bien le nourrir et quand il a le ventre plein, il joue longuement.

Si votre objectif est d’adopter un chien, un chat ou un NAC, je vous recommande la plateforme 30 millions d’Amis. Il vous suffit de remplir une fiche d’adoption d’animaux pour y trouver votre bonheur. En arrivant sur cette communauté d’entraide, vous pouvez faire une requête pour trouver exactement l’animal que vous souhaitez avoir. Vous aurez à indiquer principalement le type d’animal que vous recherchez, son sexe et votre région. Notez aussi que la communauté permet d’avoir des conseils utiles sur la protection des chiens et chats et de tout savoir sur les métiers animaliers.  pour regarder une vidéo réalisée par l’association qui montre l’engagement des vétérinaires pour garantir le bien-être des animaux. Celle-ci met également en évidence l’importance de souscrire une assurance pour animaux et une allusion est faite sur la possibilité de rendre cette démarche obligatoire.

A propos de la rédactrice
Anaïs

Hello, Hello, je suis Anaïs et j’ai 29 ans. Je suis né à Marseille, mais c’est à Paris que j’ai grandie. Au sein de la capitale, je me suis passionnée pour la mode et la beauté.
J’ai eu la chance de bosser pour quelques marques très connues et j’ai accumulé pas mal d’expérience. A présent, je cultive mon réseau pour vous faire part des meilleures affaires et des looks les plus tendances. Mon objectif est de sentir la mode avant toutes les autres et de vous en faire profiter.

Un avis, une question ?